Français | English


ACTUALITES

L'économie congolaise devrait connaître une reprise avec un taux de croissance de 2,4%

 

  • Au plan macro-économique

Aux termes de la réunion du Conseil National du Crédit du 29 novembre 2018, l’économie congolaise devrait connaître une reprise avec un taux de croissance de 2,4%, après la récession enregistrée en 2017 (-2, 7%). Cette performance repose essentiellement sur le dynamisme du secteur pétrolier.

 Le secteur non pétrolier se caractérise encore par l’atonie de l’activité observée particulièrement dans les branches des industries manufacturières, du commerce général et des transports.

L’inflation s’établirait en légère hausse à 1,6% en 2018, contre 0,7% en 2017, en lien avec l’augmentation des prix à l’importation.

  • Au plan des investissements agréés en 2018

Des travaux de la Commission Nationale des Investissements (CNI) qui s’est réunie deux fois dans l’année (session du 27 avril et celle du 28 septembre 2018), il ressort que le coût total des investissements agréés à la charte des investissements s’élève à 749 059 502 269 FCFA pour création escomptée de 4409 emplois.

  • La synthèse de la  situation par domaine d’activités se présente comme suit :

 

Secteur d’activités

 

Coût de l’investissement

Nombre d’emplois

Agriculture et Elevage

24 562 597 990

539

Agro-industrie

4 822 800 000

124

Industrie

32 510 226 211

778

Services

12 068 527 789

153

Transport

624 620 579 997

1880

BTP

6 445 000 000

315

Banque

2 538 535 293

410

Télécommunications

31 489 328 085

83

Hôtellerie

8 900 733 904

75

Industrie textile

1 101 173 000

52

TOTAL

749 059 502 269

4409

 

Source : CNI

 

  • Au plan de la création d’entreprises

En 2018, le volume total des déclarations de création d’entreprises est de 1773 unités, selon les statistiques de l’Agence Congolaise pour la Création d’Entreprises(ACPE).

 La création d’entreprise a été marquée globalement par la prédominance des initiatives dans les secteurs/domaines du commerce avec 795 déclarations, suivi des ‘’autres activités du secteur tertiaire’’ avec 429 déclarations de création d’entreprises ; tandis que le secteur de l’agriculture au sens large (agriculture, élevage, pêche, pisciculture) vient en 5ème position avec 32 déclarations, juste devant l’exploitation pétrolière qui a engrangée 29 déclarations dont deux (2) à Brazzaville.    

Concernant la répartition géographique sur l’étendue du territoire nationale, en lien avec les principaux centres d’activités économiques, les statistiques de l’Agence Congolaise pour la Création d’Entreprises (ACPE) font ressortir que Brazzaville a été le centre le plus actif avec 821 déclarations de création d’entreprises contre 801 pour Pointe-Noire, 62 pour Nkayi, 43 pour Owando, 27 pour Ouesso et Dolisie ferme la marche avec 19 déclarations de créations d’entreprises.

 Au regard de ces statistiques, il y a lieu de relever que le secteur de l’Agriculture qui est l’un des principaux leviers de la diversification économique prônée par le PND 2018-2022 demeure relativement peu sollicité à ce jour (l’agriculture au sens restreint a enregistré 25 déclarations de créations d’entreprises et donc moins que l’exploitation pétrolière qui en a enregistré 29).

Pour l’année 2019, des efforts doivent être redoublés par les différentes parties prenantes au développement durable du secteur agricole de manière à améliorer significativement les performances de ce secteur vital en termes de créations d’entreprises, de richesses et d’emplois.

L’API qui a contribué à la facilitation de la création d’un certain nombre d’entreprises sous revue, dont l’une des deux sociétés pétrolières qui ont été créées à Brazzaville, entend jouer sa partition par la promotion accrue des atouts et des opportunités d’investissements dans le secteur agricole.

  • Au plan des IDE

Le Congo figure parmi les pays qui attirent constamment les Investissements Directs Etrangers (IDE). En 2016, les flux entrant ont atteint plus de 3, 5 milliards de dollars US. Mais ils ont considérablement baissés en 2017 du fait, notamment, des conséquences de la chute des cours mondiaux des matières premières dont le pétrole qui a affecté largement la situation économique du Congo, à l’instar de nombreux pays de la région.

Selon la CNUCED (Rapport sur les investissements Mondiaux 2018), le stock d’IDE a légèrement diminué (-1, 5%) et atteint 27 milliards de dollars en 2017, soit 324% du PIB.

 

  • Evolution des IDE ces trois dernières années

               

              IDE

ANNEES

2015

2016

2017

 

Flux d’IDE entrants (millions USD)

3.802

3.565

1.159

 

Stocks d’IDE  (millions USD)

25.811,6

27.440,6

27.040,5

 

Stocks d’IDE (en % du PIB)

279,1

325,3

-

 

Source : CNUCED

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •